« la mort viendra et elle aura tes yeux »

2012

35 × 15 × 5 cm

 

papier découpé, papier plié (missel), papier japonais, miroirs, dans une boîte en carton avec couvercle en verre ornée de dentelle de papier

 

« La mort viendra et elle aura tes yeux –

cette mort qui est notre compagne,

du matin jusqu’au soir, sans sommeil,

sourde, comme un vieux remords

ou un vice absurde. Tes yeux

seront une vaine parole,

un cri réprimé, un silence.

Ainsi les vois-tu le matin

quand sur toi seule tu te penches

au miroir. Ô chère espérance,

ce jour-là nous saurons nous aussi

que tu es la vie et que tu es le néant. [...] »

Cesare Pavese – poème retrouvé sur une

table de sa chambre le jour de son suicide

 

Sur le côté du couvercle : une phrase de

l’ouvrage de Jean Rouaud Les Champs

d’honneur